La fin des ‘Beaux Orages’

La fin des ‘Beaux Orages’ suscite beaucoup de questions. Voici un extrait de la réponse de Clément Plantevin qui fait partie de la distribution à quelques questions qui nous ont été posées par les spectateurs.

La nomination exacte de ce dispositif devrait être “pendules à déphasages progressifs”.

Il est basé sur le principe suivant:

Le dispositif est constitué de 14 pendules est autonomes et découplés des autres  (j’appelle pendule l’ensemble constistué d’une boule et de son fil relié à un support fixe).

Ils sont animé par la seule gravité (aucun mécanisme interne)

Ce qui relie visuellement ces pendules c’est qu’ils sont calculés de façon à ce qu’il effectuent tous un cycle complet en un même temps (ce temps est de 5 min environ entre le moment ou nous lâchons les balles et le moment ou nous les arrêtons)

Pendant la durée de ce cycle chaque pendule va osciller librement mais aucun ne va effectuer le même nombre de balancé (ou oscillation).

Le premier (le plus à la face) va effectuer 66 oscillations

Le deuxième va effectuer 67 oscillations

Le troisième va effectuer 68 oscillations

..

Le quatorzième (au lointain) va effectuer 79 oscillations

Donc au bout du cycle de 5 min lorsque chaque pendule aura effectué le nombre d’oscillations qui lui correspond ils vont revenir ensemble et ainsi se réaligner. Si nous laissons agir le cycle va se dérouler de la même manière à la différence que les frottements avec l’air on fait diminuer l’amplitude des oscillations.

Pour comprendre pourquoi ce dispositif dessine ainsi des forme très claires il faut se placer à la moitié du temps du cycle (à 2 min 30 secondes après le lâché). A ce moment précis chaque pendule a effectué la moitié de ses oscillations.

Le 1er 66/2 = 33 oscillations

Le 2eme 67/2 = 33,5 oscillations

Le 3eme 68/2 = 34 oscillations

Le 4eme 69/2 = 34,5 oscillations

..

Le 13eme 78/2 = 39 oscillations

Le 14eme 79/2 = 39,5 oscillations

On voit bien que un pendule sur deux a effectué un nombre entier d’oscillation. Cela signifie que les boules 1 3 5 7 9 11 13 sont dans la même position que lorsqu’on les a lâché elles forment donc une ligne.

Les autres boules (2 4 6 8 10 12 14) ont effectué une demi oscillation supplémentaire. Elles se situent donc à l’opposé.

A ce moment précis on voit donc apparaitre deux lignes distinctes et opposés.

On peut appliquer la même logique à différents temps du cycle et on obtient que :

au 1/3 et au 2/3 du cycle on voit apparaitre 3 lignes

au 1/4 et au 3/4 du cycle on voit apparaitre 4 lignes

..

On voit donc apparaitre régulièrement le long du cycle des alignements entre différentes boules sachant que dans notre cas la logique ne peut pas aller plus loin que que 7 alignements de 2 boules.

Entre ces temps “remarquables” les boules s’agencent et se désagencent sans cesse dessinant des formes plus moins claires et toujours évolutives.

Le seul paramètre qui permette d’obtenir des durées d’oscillation différentes entre chaque pendule et la longueur du fil qui relie la boule à la poutre. Plus le fil est long plus l’oscillation va se faire lentement. Il s’agit donc de régler les longueurs de fil suivant une logique déterminée par une formule reliant le temps d’oscillation d’un pendule à sa longueur. Le réglage se fait au millimètre et je ne livre pas la formule ici pour garder un peu de mystère même si elle facilement trouvable.

Le poids (la masse pour être exact) n’intervient pas dans cette durée. Dans notre cas toutes les boules sont de même masse.

La masse n’intervient que dans le paramètre d’amortissement (perte d’amplitude). On a intérêt à avoir des boules les plus pesante et compacte possible pour que les frottement avec l’air les ralentissent au moins (boules de pétanque enveloppées d’un ballon de baudruche). »

Le Geste de Maya

Pendant la résidence des Beaux Orages aux Subsistances, nous avons fait la rencontre de Maya Vincent. Elle suit de temps en temps le travail des artistes présents aux Subsistances et garde la trace de cet instant en un geste calligraphique. Elle a déjà essayé de travailler sur un support vidéo mais ce n’est pas possible. Il lui faut ressentir le vivant de ces arts éphémères pour en tracer l’empreinte.

Le Blog de Maya : http://mayavincent.canalblog.com/

Les Beaux Orages – Le début

Tout a commencé il y a 2 ans et demi. Un temps long, un peu en dehors des normes. Un temps nécessaire, rendu possible grâce à de nombreuses personnes, grâce à de nombreux lieux qui nous ont fait confiance. Un temps jalonné de rencontres, de travail, d’anecdotes, de vie en groupe, d’enjeux à embrasser et résoudre.

Et puis, bien qu’on le sache, la gestation arrive à terme, presque à pas feutrés.

Le public entre et investit l’espace qui nous est dédié, la verrière des Subsistances. Il pleut, il fait froid, tout le monde se munit de couvertures, tout est en place, et on y est. Deux ans et demi après.

La musique de Pierre (Jodlowski) commence, l’orage éclate, le premier qui nous était promis et avec lui, le début d’un deuxième cycle.

 

Une journée au Polaris

es11L’équipe des Beaux Orages a passé la journée du 20 avril au Polaris à Corbas. C’est la maison du Collectif pour trois ans et lors de ces portes ouvertes, les jongleurs ont investi les lieux, tous les lieux, hall, rez-de-chaussée, étage et bien sûr plateau. Le temps d’impromptus puis de présenter deux séquences de la création à venir.

es06

es03 Merci à Dominique Valentin pour les photos.es02

Dernier mois de résidence après ‘Les Tours de Piste’ de la Grainerie

LBO-Grainerie1Nous avons profité les 27 et 28 février des premiers ‘Tours de Piste’ de la Grainerie pour présenter au public deux filages complets des ‘Beaux Orages (qui nous étaient promis)’ sur plateau, avec la création musicale de Pierre Jodlowski, la scénographie et la création lumières de Christophe Bergon.

LBO-Grainerie3 Même si la pièce doit encore bénéficier d’un mois de résidence, c’était l’occasion, tout à fait nécessaire, d’avoir de premiers retours, qui furent très constructifs et ainsi de cibler le travail à mener en vue de la création qui aura lieu fin mars.

Nous sommes maintenant en LBO-Grainerie2résidence à Circa à Auch du 01 au 14 mars avant de poser les valises aux Subsistances et ce, jusqu’à la création.

Crédit photos : Aude Poirot

 

Après le stage Foie-rate-pancréas

Tube digestifRetour sur le stage “Foie-rate-pancréas, focus sur le plexus solaire” qui s’est déroulé à Albi ce week-end end, avec un groupe mi neuf-mi aguerri, et positivement curieux.

Avec un lendemain plein de joyeuses courbatures !

Special Thanks aux nouvelles recrues venues de Toulouse/ Lido.

Prochaine plongée vers le dedans, le dimanche 14 avril, via “Tube digestif, prime support”.

Au plaisir de vous y retrouver!